téléphone experts-comptables luxembourgeois     courrier experts-comptables de Luxembourg     borne adresse fiscalistes du Grand-Duché       icône facebook     icône google plus     icône linkedin

Vos experts-comptables au Luxembourg drapeau français drapeau anglais drapeau italien drapeau luxembourgeois drapeau israélien 

L'Europe lance un dernier avertissement à la Grèce

Vote non en Grece crise economique GrexitLes dirigeants de l'UE demandent à Tsipras un plan pour jeudi, après quoi un plan d'aide pourra être formulé. Juncker: nous sommes prêts également au Grexit.

L'option "Grexit" n'est pas d'actualité jusqu'à dimanche. Les chefs d'État et de gouvernement de la zone euro ont décidé d'essayer de mettre en œuvre un nouveau plan de sauvetage pour Athènes, construit autour d'un prêt  de sauvetage européen de 30 milliards sur deux ans. Le Premier ministre Tsipras a expliqué aux partenaires la stratégie de consolidation et a fait part de ces engagements  avec le président américain, Barack Obama.

Les dirigeants ont écouté et sont prêts à lui donner une autre chance. Le Premier ministre grec est appelé à présenter un plan de réformes et de coupures "au plus tard  cette semaine." Si cela ne se produit pas, a assuré le président du Conseil de l'UE Donald Tusk, "tous les scénarios sont possibles, y compris le pire : celui dans lequel nous sommes tous perdants." cela peut se faire, bien sûr. Cependant, prévient-il: "Bien que je n'aime pas les deadlines, elle  expire cette semaine pour les Grecs."

Le sommet de la zone euro veut une fin heureuse et pourtant n’hésite pas à faire peur à Tsipras. Le numéro un de la Commission, Jean-Claude Juncker, a annoncé que la Commission «a un scénario détaillé de sortie de l'euro de la Grèce." Samedi les ministres de l'économie se  rencontreront à nouveau, et dimanche et tous les dirigeants des vingt-huit pays. Si Tsipras restera à bord, ce sera l'occasion d'une fête collective. Dans le cas contraire, toute la famille devra préparer son l'avenir.

La journée avait mal commencé, entre la ligne dure des Allemands et les pays nordiques et la prise de conscience qu'une bonne partie de la zone euro aurait pas beaucoup d'hésitation à laisser filer la Grèce à sortir de l'euro. "Ils ont vu la fin et ne l'aiment pas", a plaisanté un diplomate. En fait, tout le monde avait pensé le pire lorsque le 13 juin dernier, les ministres de l'Eurogroupe se sont réunis et il s'est avéré qu'il n'y avait rien dans le dossier de la délégation arrivée d'Athènes.
Le nouveau ministre Euclid Tsakalotos a exposé ses idées, avec un anglais parfait. Ses collègues de l'Eurogroupe ont choisi de le croire. La Grèce est un pays avec des coffres vides et les banques presque à sec pour lesquelles il est difficile d'imaginer une date de réouverture. Elle fait face à une crise humanitaire. Insolvable envers le FMI, elle risque gros jusqu'au 20 Juillet,  jour de l'échéance du remboursement de 3,5 milliards de dollars à la BCE. Le prêt consenti par le MES est le moyen qui peut résoudre le problème. Cela ne sera cependant pas facile. "Il est trop tôt pour être optimiste, la Grèce a besoin de réformes crédibles et c'est ce que nous voulons entendre », prévient Jeroen Dijsselbloem.

Il serait bon si Athènes commençait à donner un signal immédiat en présentant des réformes concrètes concernant la TVA et les pensions. Et surtout d'envoyer un bon texte d'ici demain soir. L'alternative est le départ spectaculaire de l'euro.

Abroad suit l'actualité mondiale pour adapter vos besoins à l'évolution des solutions fiscales.

N'hésitez pas à nous contacter pour plus de précisions.

 

bouton contact

 


logo Ordre des Experts-Comptables de Luxembourg

Abroad fiduciaire est membre de l'Ordre des Experts-Comptables de Luxembourg

...